Quel est le prix d’une mutuelle santé chat ?

Pour se faire rembourser les frais de vétérinaire, souscrire à une assurance santé pour chat est la meilleure solution. Néanmoins, pour que la démarche soit pertinente, encore faut-il trouver le contrat proposant le meilleur rapport garanties/prix. Le coût d’une mutuelle chat peut effectivement être très variable et dépend de plusieurs facteurs que nous vous invitons à découvrir à travers ce petit guide (voir ici).

Comparateur Assurance Chat
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !


Le prix moyen d’une assurance chat

Adopter un chat est source de bien-être et de bonheur, mais pour que ces bénéfices perdurent, vous devez offrir la meilleure qualité de soins à votre compagnon à quatre pattes. Or, sachez que les frais de vétérinaire sont particulièrement élevés. Rien que pour une consultation courante, vous devrez payer 35 euros en moyenne contre 75 euros pour une consultation en urgence. Si votre chat a besoin de faire une échographie, prévoyez jusqu’à 80 euros. Une chirurgie d’un abcès coûtera au moins 100 euros tandis qu’une amputation vous sera tarifée à 360 euros. Comme vous pouvez le constater, adopter un animal de compagnie nécessite un budget important. Pour vous garantir une sécurité financière et assurer le meilleur accès aux soins à votre félin, souscrire à une assurance santé pour chat est tout indiqué. Cette couverture ne vous coûtera pas forcément très cher puisque les prix des cotisations démarrent à 7 euros. Vous pouvez même en trouver à des coûts encore plus bas. Les tarifications des contrats vont dépendre d’un panel d’éléments.

Les critères qui définissent le prix d’une assurance chat

Le coût d’une assurance chat est fixé en fonction de trois critères principaux : l’âge de l’animal, le choix de la formule ainsi que les options.

Les assureurs sont très stricts concernant l’âge. Si le chat est âgé, il peut développer davantage de problèmes de santé ce qui peut entraîner une augmentation des remboursements à effectuer de leur part. Il est donc important de prendre une couverture dès son plus jeune âge afin de réduire le coût du contrat. Habituellement, les compagnies refusent l’adhésion si le félin a moins de deux ou trois mois. Au-delà de 7 à 10 ans, des limites s’appliquent et il se peut que la souscription soit conditionnée par des surcoûts.

La formule choisie a aussi un impact conséquent sur les tarifications. Les assurés ont le choix entre trois offres : la formule économique, la formule intermédiaire et la formule confort. La première offre fixe un plafond de remboursement de 1000 euros. Le taux de remboursement se situe entre 50 et 70 % et seuls les accidents sont pris en charge. Ce type de contrat est le moins cher que l’on puisse retrouver sur le marché. La formule intermédiaire prend en charge en même temps les accidents et les maladies. Le remboursement est plafonné à 1500 euros par an et le taux d’indemnisation varie de 70 à 80%. La formule confort quant à elle offre une prise en charge complète avec un taux de remboursement atteignant les 100% et un plafond de remboursement situé entre 2000 et 3500 euros.

Enfin, concernant les options, les choix vont faire varier les prix. Parmi les garanties proposées figurent l’option prévention, l’option chat d’intérieur, l’option assistance ou encore l’option décès.

Comment réduire le prix d’une assurance chat ?

Pour baisser le montant d’une assurance chat, l’astuce consiste à jouer sur les franchises qui correspondent aux montants pris en charge par le propriétaire après un sinistre. En augmentant le niveau de franchise, il est possible de réduire le prix de la mutuelle chat. Idem pour le plafond de remboursement. Si l’assuré décide d’opter pour un plafond bas, cela aura des répercussions sur le montant de ses cotisations qui va également diminuer. Néanmoins, avant d’envisager de telles options, il faut bien peser le pour et le contre, car avoir des franchises élevées signifie que les dépenses du propriétaire vont être plus lourdes. Et avec un plafond bas, les soins accessibles risquent d’être limités. En dernier lieu : la comparaison des offres sur internet ne doit jamais être sous-estimée, car cette démarche permet de mettre en concurrence les assureurs et accéder aux tarifs les plus abordables.